Construire et entretenir sa piscine

Soleil, pique-nique, baignade... les beaux jours sont là ! Vous avez envie de prendre un bain de fraîcheur ? Pourquoi ne pas réaliser le rêve de construire votre propre piscine ? Suivez nos conseils ! Avant de vous lancer dans cette aventure, certains points relatifs au modèle de bassin, aux modalités administratives, à l’entretien et la sécurité sont à connaître pour préparer votre projet et aiguiller vos choix.

3 min

Construire une piscine, le mode d’emploi :

Quel modèle choisir ?

La piscine en sol : plus modulable

La piscine en béton est à privilégier pour un grand terrain. Elle est solide et faite pour tenir dans la durée, mais le chantier dure en moyenne entre 1 et 3 moi). Cette solution nécessite un prix de départ plus important : entre 15 000 et 25 000 euros pour un modèle standard et jusqu’à 50 000 euros pour un modèle à débordement.

Si vous souhaitez un rendu plus naturel, optez pour une piscine en bois . La norme française définit 5 catégories de bois : pour un usage intérieur comme pour les menuiseries (classe I), jusqu’au bois qui supporte un contact permanent avec l’eau de mer (classe V). Pour la construction d’une piscine, les classes IV et V sont fortement recommandées. Le coût de construction varie entre 2 000 et 10 000 euros. Elles sont moins onéreuses, mais leur durée de vie est limitée entre 5 et 7 ans.

Une solution idéale si vous voulez réduire le temps des travaux et limiter votre budget : la piscine en coque déjà moulée . L’installation ne durera qu’une semaine pour un coût aux alentours de 7 000 euros.

La piscine en kit est quant à elle intéressante financièrement mais requiert un bon niveau de bricolage pour la poser soi-même. Comptez entre 2 000 et 15 000 euros selon le matériau (acier, aluminium, résine…).

Pour une piscine autorisée sur du long terme (entre 30 et 40 ans), optez pour une piscine en inox . Vous n’aurez pas besoin de poser de liner car la structure est parfaitement étanche. Prévoyez environ 2 000 euros par mètre carré de plan d’eau.

Plus pratique : la hors sol

Elle est idéale si vous ne souhaitez pas amorcer un gros chantier, si vous n’avez pas un grand jardin ou si vous n’avez pas de budget limité. Il existe 2 modèles :

  • Les piscines souples : elles sont rapides à installer, démontables mais fragiles. Pour une piscine gonflable, comptez entre 100 et 500 euros.
  • Les piscines rigides : la plupart sont vendues en kit, comme une piscine tubulaire avec une armature en acier qui renforce la structure. Elle est plus efficace avec une durée de vie d’environ 10 ans. Pour ce type d’installation, prévoir entre 2 000 et 10 000 euros.

Un bassin naturel plus écologique

Une piscine naturelle est un bassin écologique qui peut être créé de toute pièce sur une base étanche. L’utilisation des produits de synthèse n’est pas utile car la flore et la faune s’occupent de réguler l’écosystème du bassin.

Pour que cet écosystème se développe tranquillement et vive durablement, le bassin doit se diviser en 3 zones :

  • Une zone de baignade
  • Une zone de plantation moins profonde
  • Une zone d’oxygénation, souvent composée d’une cascade

Au niveau de la technique , il est recommandé de faire appel à un professionnel dans le mais de bénéficier de conseils quant au choix des plantes.

Concernant l’emplacement , il est préférable de faire attention aux zones en plein soleil car trop de chaleur pourrait nuire à la zone de plantation. Privilégiez une zone humide et partiellement ombragée de votre jardin.

Côté prix , comptez entre 15 000 et 35 000 euros pour un bassin naturel classique ou entre 10 000 et 15 000 euros pour une piscine naturelle en kit.

Les coûts supplémentaires à la construction

  • Les équipements obligatoires pour une piscine sécurisée : depuis le 1er janvier 2004, la loi impose aux propriétaires de piscines enterrées d’installer des équipements de sécurité. En cas d’absence, les amendes peuvent atteindre 45 000 euros.
  • Pour une piscine toujours propre, utiliser un budget entretien. Il vous faut en particulier penser à la pompe et au filtre (environ 400 euros chacun). Ces équipements ayant une durée de vie limitée (8 ans pour la pompe et 15 ans pour le filtre), il faudra penser à les remplacer.
  • Pensez également au matériel d’entretien courant : produits de nettoyage, désinfectants, produits d’hivernage…
  • La consommation électrique de votre piscine liée au fonctionnement de la pompe de filtration représente également un budget à prévoir : environ 200 euros par et pour une piscine chauffée, n’oubliez pas d’intégrer le coût de chauffage qui dépendra du système choisi et de la surface.

Les étapes de construction

Déclaration de travaux ou permis de construire

  • Pour une surface de bassin inférieur à 10m² , il n’est pas nécessaire de demander une (sauf si la piscine est située en zone protégée)
  • Pour l’installation d’une piscine supérieure à 10m² mais inférieure à 100m² , il faudra faire une déclaration préalable au près de votre mairie.
  • Dans le cas d’une construction de piscine supérieure à 100m² , le permis de construire est obligatoire.

Les étapes

  1. En amont, vous devez avoir déterminé l’emplacement idéal pour votre piscine, selon les caractéristiques de votre terrain, de la nature du sol, de l’ensoleillement souhaité.
  2. Le traçage vient préciser et matérialiser votre choix d’emplacement, de forme et de dimension afin de mesurer, délimiter et marquer la place du bassin.
  3. Ensuite, le terrassement est une étape fondamentale puisqu’il s’agit de creuser. Cette opération requiert l’évacuation des gravats lourds et encombrants. L’entreprise de terrassement devra au préalable analyser votre terrain pour anticiper tout désagrément lié à la composition du sol.
  4. Pour permettre l’écoulement des eaux du sol et du sous-sol, le drainage est essentiel. Ce système d’évacuation peut se décliner sous forme de couche de gravier, de tuyau ou de puits de décompression.
  5. Une piscine fonctionne à l’aide d’une installation électrique, d’un système de filtration, d’une pompe ainsi que de canalisations qui permettent l’arrivée et l’évacuation de l’eau. Les raccordements de l’électricité et de la plomberie sont installés dans une technique locale à proximité de votre piscine, afin de pouvoir y accéder facilement.
  6. Et pour finir, le remblaiement qui consiste à combler les éventuels trous autour de la piscine.

Entretenir une piscine

La filtration : il s’agit du circuit de renouvellement de l’eau. La pompe envoie de l’eau en mouvement et le filtre. Il est important d’avoir un filtre et une pompe adaptée au volume d’eau, de filtrer quotidiennement son eau et de nettoyer régulièrement sa filtration.

La désinfection : c’est le traitement chimique qui complète la filtration. Elle est obligatoire et permet d’éliminer tous les microbes présents dans l’eau. Il existe plusieurs méthodes et produits pour désinfecter (chlore, brome, oxygène actif…). A cela, il faut souvent rajouter des produits correcteurs.

L’équilibre de l’eau : l’eau de votre piscine contient un système d’équilibre extrêmement complexe. L’équilibre fait référence à 3 paramètres : pH – TAC (alcalinité) – TH (calcaire). Le plus important est le contrôle du pH, à faire au moins 1 fois par semaine. Il doit se situer entre 7.2 et 7.4.

Le nettoyage du bassin : cette étape vient en complément de la filtration grâce à une épuisement, un balai, un robot…. Elle est à réaliser 1 à 7 fois par semaine l’environnement autour de la piscine.

La sécurité à choisir autour d’une piscine :

Depuis le 1er janvier 2006, toutes les piscines enterrées ou semi-enterrées doivent obligatoirement être équipées d’un dispositif de sécurité. En cas de non-respect de cette réglementation, le propriétaire encourt une amende de 45 000 euros. Il existe différents dispositifs de sécurité :

  • Une barrière de protection : installée tout autour de la piscine, elle doit mesurer au moins 1.10 mètre de haut. Elle doit également disposer d’un portillon sécurisé, s’ouvrant vers l’extérieur.
  • L’alarme : disponible en 3 systèmes différents :
    • L’alarme périmétrique qui alerte lorsque quelqu’un franchit une ligne infrarouge
    • L’alarme immergée qui se déclenche lorsque quelqu’un tombe dans l’eau
    • L’alarme parlante qui avertit par message vocal quand une personne s’approche de la piscine
      Ces dispositifs doivent être activés 24h/24, en dehors du moment de baignade.
  • La couverture de sécurité : il en existe 3 types :
    • La couverture à barres ou opaque
    • Le volet roulant
    • La bâche avec filet
      Ce dispositif doit couvrir le bassin de sorte à empêcher l’immersion d’un enfant et résister à un poids adulte jusqu’à 100kg.
  • L’abri de piscine : se présente sous la forme d’une construction fermée de type véranda. Il est posé au-dessus d’un bassin et le rend inaccessible.

Envie de vous lancer dans la construction de votre piscine ? Retrouvez les artisans partenaires ÉS Travaux pour vous conseiller et vous aider à votre projet en toute confiance !

Trouver mon artisan